L'actualité du RAIDH

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

RAPPORT D’ALERTE - DEFORESTATION : DEFIS ENVIRONNEMENTAUX ET HUMANITAIRES DANS LA REGION DU CAVALLY 

Le RAIDH mène depuis 2012 des enquêtes pour la défense et la protection des droits des personnes en Côte d’Ivoire. Nous consacrons nos actions en faveur des victimes pour empêcher l’injustice et permettre de restaurer leurs droits civils et politiques, économiques et socio-culturels perdus en période de guerre ou d’autres crises. Nous menons des plaidoyers à l’endroit des décideurs politiques (gouvernement et tenants du pouvoir d’Etat), en les incitant à mettre fin aux pratiques abusives de violations des droits humains et respecter le droit international relatif aux droits humains. Le RAIDH encourage les gouvernants à prendre des mesures nécessaires pour…

Lire la suite

ACTIVITES DES ONG : DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE (OSC) RELATIVE A LA REFORME DE LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE

ACTIVITES DES ONG : DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE (OSC) RELATIVE A LA REFORME DE LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE 

La Côte d’Ivoire vient d’achever un cycle électoral jalonné de multiples difficultés à toutes les étapes du processus : audiences foraines, identification, campagnes électorales, votes et proclamations de résultats.

Lire la suite

Galerie photos de nos activités

Galerie photos de nos activités 

Atelier de travail sur le genre dans le processus électoral 8 mai 2013 IFES NDI   Cérémonie de clôture SFCG 30 Avril 2013   Conférence de presse au NDI sur le monitoring du CBC 19 Avril 2013   Conférence de presse WANEP RAIDH 24 Avril 2013   Conférence sur le genre dans le processus électoral 17 Avril 2013   Formation pour le contrôle des bureaux de vote 20 Avril 2013   Jour des élections 21 Avril 2013   Réunion au PNUD 29 Avril 2013     --------------------------- Présentation du rapport d'enquête sur les violations des Droits de l'humains en Côte…

Lire la suite

PROJET EN COURS 

Appui au renforcement de l’Etat de droit et de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire à travers la formation et la sensibilisation aux principes de la démocratie, des droits de l’homme et la culture citoyenne Date : 1er Novembre 2011 au 31 Octobre 2012 Localités : Daloa | Divo | Danané Résultats obtenus : en cours Partenaire financier : Ambassade des Etats Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire

Lire la suite

FORMATIONS ET SEMINAIRES ORGANISES EN 2008 

  Atelier de renforcement de capacité des organisations membres du RAIDH sur la « GESTION AXEE SUR LES RESULTATS » Date : 06 et 07 Décembre 2007 Localité : Abidjan Résultats obtenus : 29 personnes formées dont 05 membres de la Coordinations du RAIDH et 24 représentants des organisations membres. Atelier de renforcement de capacité des membres du comité de rédaction du bulletin bimestriel « L’APPEL » sur « les techniques de rédaction journalistiques » Date : 12, 13 et 14 Déc 2007 Localité : Abidjan Résultats obtenus: 12 représentants des organisations membres dans le comité de rédaction formés Atelier de réflexion sur les «…

Lire la suite

LE RAIDH EN PARTENARIAT AVEC L'ONG SOUTIEN AUX FEMMES, CELEBRENT LA FETE DES MERES 

Le samedi 09 juin 2012 à Agban Gendarmerie ( Abidjan) , le RAIDH en partenariat avec l’ONG Soutien aux Femmes  ont

Lire la suite

COMPTE RENDU DE L’ATELIER DU 02 AU 04 MAI 2012 ONG PLAYDOO-CI

COMPTE RENDU DE L’ATELIER DU 02 AU 04 MAI 2012 ONG PLAYDOO-CI 

  Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player. Dans le cadre de ses activités l’ONG PLAYDOO CI, envisage améliorer les représentativités des femmes à la tête des collectivités décentralisées que sont les mairies et les conseils régionaux.

Lire la suite

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DE LA JEUNE FILLE DU 27 FEVRIER 2012  

Le ministère de l’Education Nationale de Cote d’Ivoire, en collaboration avec le réseau UNGEI-CI (initiative des nations unies pour l’éducation de  la petite fille en Cote d’Ivoire) a organisé  une journée de promotion de l’éducation des filles au  groupe scolaire nord de l’inspection de l’éducation primaire 1d’Abobo .au menu de cette journée, la scolarisation des enfants, particulièrement de  la petite fille.

Lire la suite

FOND D’ASSISTANCE DU RAIDH AUX VICTIMES DE TORTURE  

Depuis le mois de janvier 2012, le RAIDH a mis en place un fond d’aide afin d’assister et de soutenir les personnes victimes de violations des droits humains et de tortures en Côte d’Ivoire. Madame SANOGO Kady, une des bénéficiaires, résidente à ABOBO (Abidjan), a suivi une intervention chirurgicale le Samedi 31 Mars 2012.

Lire la suite

ACTIVITES EN 2012 

  RAPPORT  D’ACTIVITES DE SENSIBILISATION ET D’EDUCATION CIVIQUE DE LA POPULATION RELATIF AU SCRUTIN LEGISLATIF PARTIEL DU 26 FEVRIER 2012 DANS LES CIRCONSCRIPTIONS ELECTORALES N° 089, 091 ET  092, DANS LA REGION DU GUEMON, A L’OUEST DE LA CÔTE D’IVOIRE Documentation et production de rapport sur les violations des droits humains de septembre 2002 à mai 2011 Date : 1er Octobre 2011 au 31 Septembre 2012 Localités : Marcory | Treichville | Koumassi | Duekoué | Yamoussoukro Résultats obtenus : - 758 exécutions sommaires et extra-judiciaires - 952 tortures et traitements cruels, inhumains et dégradants - 2008 pillages et destructions de biens matériels - 79 viols - 320…

Lire la suite

ACTIVITES EN 2011 

  PROJET D’APPUI AU RENFORCEMENT DE L’ETAT DE DROIT ET LA DEMOCRATIE EN CÔTE D’IVOIRE A TRAVERS LA FORMATION ET LA SENSIBILISATION AUX PRINCIPES DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET LA CULTURE CITOYENNE Education et Sensibilisation des Jeunes et des Groupes d’autodéfense aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire. Date : 1er Février 2011 au 31 Janvier 2012 Localités : Bangolo | Touba | Yamoussoukro Partenaire financier : FONDATION NED (National Endowment Democratic) Résultats obtenus : - 50 ONG formées sur les « Compétences fondamentales des ONG » - 150 jeunes…

Lire la suite

ACTIVITES EN 2010 

SENSIBILISATION ET D’EDUCATION CIVIQUE DES FDS, FAFN, CCI, GROUPES D’AUTODEFENSE SUR LE PROCESSUS ELECTORAL EN COTE D’IVOIRE Education et Sensibilisation des Jeunes et des Groupes d’autodéfense aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire. Date : 1er Fév. 2010 au 31 Janvier 2011 Localités : Guiglo | Ferkessédougou | Katiola Résultats obtenus : - 39  ONG formées sur les « Compétences fondamentales des ONG » - 120 jeunes éduqués et sensibilisés sur les principes des droits de la personne et la culture citoyenne capacités Partenaire financier : FONDATION NED (National Endowment Democratic) Sensibilisation…

Lire la suite

ACTIVITES 2009 

  RAPPORT NARRATIF PROJET D’APPUI AU RENFORCEMENT DE L’ETAT DE DROIT ET DE LA DEMOCRATIE EN COTE D’IVOIRE A TRAVERS LA FORMATION ET LA SENSIBILISATION AUX PRINCIPES DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS DE L’HOMME ET LA CULTURE CITOYENNE DANS LES LOCALITES DE BANGOLO, TOUBA ET YAMOUSSOUKRO - OCTOBRE - DECEMBRE 2009 Education et Sensibilisation des Jeunes et des Groupes d’autodéfense aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire. Date : 1er Février 2009 au 31 Janvier 2010 Localités : Bouna | Duekoué | Séguéla Résultats obtenus : - 57 ONG formées…

Lire la suite

ACTIVITES 2008 

Education et Sensibilisation des Jeunesses aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire Date : 1er Fév 2008 au 31 Jan. 2009  Localité : Bondoukou | Gagnoa | KorhogoPartenaire financier : FONDATION NED (National Endowment Democratic) Résultats obtenus : - 52 ONG formées sur les « Compétences fondamentales des ONG » - 1500 jeunes dont 300 élèves éduqués et sensibilisés sur les principes des droits de la personne et la culture citoyenne capacités -->Lire/télécharger le rapports      

Lire la suite

DECLARATION CONJOINTE DE LA COSOPCI, FOSCAOCI, RAIDH, COFEMCI, WANEP, CSCI ET DE WANEP SUR LES LEGISLATIVES PARTIELLES DU 26 Février 2012 

Le 11 décembre 2011 s’est tenue l’élection des députés à l’Assemblée Nationale de la République de Côte d’Ivoire mettant ainsi un terme

Lire la suite

ACTIVITE - FORMATIONS INTERNES 

  L’une des missions du RAIDH est le renforcement des capacités des organisations membres du dit regroupe- ment. Ainsi plusieurs formations ont été organisées. Ce sont entre autres : La Formation des organisations membres sur la surveillance et la documentation des droits Humains ; La Formation des organisations membres sur les méthodes de rédactionjournalistique ; La Formation des organisations membres sur la Gestion Axée sur le Résultat (GAR) La Formations des organisations membres sur le processus électoral en Côte d ’ Ivoire.  

Lire la suite

ACTIVITE - FORMATIONS EXTERNES 

  Les Formations externes a l’endroit des organisations non membres du RAIDHPlusieurs formations ont été également organisées. Il s’agit entre autres de : La Formation des délégués de dix (10) partis politiques ivoiriens sur la gestion et le rôle d’un délégué de parti politique ou d’un candidat dans un bureau de vote La Formation de quarante cinq (45) ONG sur les compétences fondamentales des ONG dans les villes de Bondoukou, Gagnoa et Korhogo.  

Lire la suite

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION SUR LE PROCESSUS ELECTORAL 2010 

Campagne de sensibilisation et d'éducation civiques des Forces de Défenses et de Sécurité (FDS), des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN), des Groupes d'Auto Défense et des Démobilisation sur les processus électoral. Elections présidentielles des 31 octobre et 28 novembres 2010 dans les localités de : Duékoué, Man, Guiglo, Bloléquin, Toulepleu, Bangolo, Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo, Daloa, Séguéla.

Lire la suite

CEREMONIE DE LANCEMENT DE PROJET 

Education et sensibilisation des jeunes aux principes des droits de la personne, la démocratie, la culture citoyenne en période électorale et le

Lire la suite

Pre 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Next

   Vous êtes victimes de violences des droits humains, appellez au tél.: 225 22 42 21 42 / 225 08 50 28 49 / 225 45 67 54 48 pour votre témoignage.
   
   
   
   
   
   
   
   
   

Bulletin L'appel / Février-Mars 2013

Conférence de presse des OSC impliquées dans le processus électoral relative à la réforme de la loi électorale et de la CEI

 

 

Apaisée, mais des périodes critiques et angoissantes pour les populations ivoiriennes.  En effet, depuis 1990, les différents scrutins qui ont rythmé la marche de la Côte d’Ivoire sur le chemin difficile, mais incontournable, de la démocratie, ont été émaillés par des crises et des tensions politiques, voire  la violence verbale et physique. Parmi les multiples causes des difficultés qui marquent les processus électoraux en Côte d’Ivoire, on pourrait citer notamment : l’éducation civique et la sensibilisation insuffisantes des électeurs, les discours politiques « incendiaires » des partis politiques, les dysfonctionnements internes de l’administration électorale et enfin, le manque de confiance des acteurs politiques dans l’organe chargé des élections qui, au regard de sa composition, est suspecté de favoritisme en faveur de l’un ou l’autre des « camps » politiques en compétition.

 

Ainsi par exemple, à la réinstauration du multipartisme en 1990, l’une des revendications essentielles des partis politiques de l’opposition était la mise en place d’un organe indépendant de gestion des élections en lieu et place du Ministère de l’Intérieur soupçonné d’être à la solde du parti au pouvoir.Cette revendication aboutit en 1995 à la création de la Commission Nationale de Supervision des Elections et d’Arbitrage (CNSEA) instituée par décret. Celle-ci fut remplacée d’abord en 1999 par la Commission de Supervision du Référendum (COSUR),  puis par la Commission Nationale des Elections (CNE) instituée par ordonnance en 1999, puis par la présente Commission Electorale Indépendante (CEI) prévue par la Constitution d’août 2000 et créée par la loi 2001-634 du 09 Octobre 2001.

 

II. La recomposition consensuelle de la CEI dans sa forme actuelle

L’on se souvient que les élections contestées de 2000 ont conduit la Côte d’Ivoire dans une crise militaro-politique consécutive à la rébellion qui a éclaté en septembre 2002. Pour la sortie définitive de crise, de nombreux Accords de paix ont été signés au terme de longues négociations politiques, parmi lesquels l’Accord de Pretoria. Celui avait prescrit une recomposition de la CEI pour permettre l’organisation des élections générales de sortie de crise incontestables. Sur la base de cet Accord, les principaux acteurs politiques ont adopté de façon consensuelle des amendements au code électoral, qui ont permis la mise en place de la Commission Electorale Indépendante dans sa composition actuelle.

III – La résurgence et la montée des revendications portant sur la recomposition de la CEI

En dépit de l’approche consensuelle qui a conduit à la mise en place de la CEI dans sa composition actuelle, qui est dérogatoire à la constitution, celle-ci n’a pu aboutir à des élections générales incontestables. En effet, le « pacte de confiance » que cette composition consensuelle permettait d’espérer a vite volé en éclats, à l’approche des élections de 2010, où le parti alors au pouvoir, le FPI, a commencé à suspecter cette composition, la jugeant trop favorable au RHDP et à l’opposition, composée des Forces nouvelles, du RDR, du PDCI, du MFA et de l’UDPCI.

Ainsi, lors du deuxième tour de l’élection présidentielle en novembre 2010,  la commission fut accusée de partialité et le résultat de l’élection qu’elle a proclamé fut rejeté par le FPI. Le lourd contentieux postélectoral qui s’ensuivit, conduira la Côte d’Ivoire à une crise profonde puis à la guerre, dont les conséquences restent encore perceptibles.

En outre, les élections générales de sortie de crise étant à présent achevées, la composition consensuelle actuelle de la CEI découlant de l’Accord de Pretoria, constitue à nouveau une « pomme de discorde », posant ainsi à la nation une préoccupation pertinente et réelle.

En effet, dans la perspective d’une part, du processus de réconciliation nationale engagé par le gouvernement, appuyé par les partenaires au développement de notre pays, et d’autre part,  des élections locales et régionales qui ont été reportées dans l’espoir d’y faire participer toutes les forces politiques majeures de notre pays, la question du rétablissement de la confiance sur une base consensuelle ne peut être abordée, en faisant l’impasse sur la recomposition de la CEI. En effet, la réconciliation nationale qui est incontournable dans notre pays, fragilisé par la guerre et la « rupture » de la confiance entre les principaux acteurs politiques, nous impose des réformes institutionnelles courageuses au nom de la recherche de la paix, laquelle ne peut être obtenue que sur la base d’un nouveau consensus national. Et l’un des remparts et des piliers institutionnels de ce nouveau consensus national, c’est la CEI, organe chargé des élections dans notre pays.

En outre, lors des activités organisées par la plupart des OSC engagées dans le cadre d’une part, du processus de sortie de crise depuis 2002, et d’autre part, du processus de médiation communautaire et de réconciliation des partis politiques, l’une des revendications principales pour la participation au processus démocratique et de réconciliation du principal parti d’opposition, le FPI, est la réforme de la loi électorale et la recomposition de la CEI.

Cette même revendication est faite par d’autres partis politiques et les organisations de la société civile, notamment le CEFCI, la COFEMCI-REPC, la COSOPCI, le FOSCAO, le MIIIDA, le RAIDH, le WANEP-CI…qui ont observé les élections de sortie de crise et qui ont déjà fait plusieurs rencontres de consolidation de leurs rapports de missions d’observation électorale. Elles ont ainsi planifié de mener des actions pour l’adoption des réformes de la loi électorale et de la CEI étant donné que les membres de cette commission avaient été désignés pour siéger uniquement pour les élections générales de sortie de crise (élections du Président de la République et des Députés).

En conséquence, par la présente action, les OSC ayant participé à l’Observation des élections présidentielles et législatives, voudraient faire les recommandations suivantes à l’intention du gouvernement, de l’Assemblée Nationale, de la CEI, des partis politiques et des autres acteurs politiques, dans la perspective des échéances électorales à venir.

III. Recommandations

 

  • Au plan institutionnel

Les OSC ayant participé à l’Observation des élections présidentielles et législatives recommandent :

- L’adoption d’une loi organique portant création, organisation et fonctionnement de la CEI après une large consultation nationale impliquant la CEI, toutes les forces politiques et la société civile.

- La révision du code électoral pour le mettre en phase avec les spécificités de toutes les phases du processus électoral dans le respect des différents délais (identification, contentieux, réception des candidatures, proclamation des résultats, gestion du contentieux, délai entre deux scrutins).

 

  • S’agissant en particulier de la réforme de la CEI

Les OSC ayant participé à l’Observation des élections présidentielles et législatives rappellent que la composition actuelle de la CEI, devait prendre fin avec les élections générales (élections du Président de la République et des Députés).

Par conséquent, il urge de reformer la CEI dans les meilleurs délais.

Cette réforme devra avoir pour objectifs, notamment de :

- Rendre la CEI plus professionnelle en la dotant de ressources humaines plus rompues à la gestion des processus électoraux complexes et exigeants ;

- Pérenniser sa base structurelle en intégrant, dans sa composition centrale, notamment la société civile, avec pour missions essentielles de doter notre pays d’un organe qui soit politiquement le moins marqué possible, un centre d’incubation et un véritable catalyseur de notre démocratie. En effet, à l’instar de certains pays voisins, c’est une CEI composée non pas sur la base de considérations électorales gagnantes à court terme, mais plutôt de manière transparente, qui pourra assurer une gestion efficace à long terme de tous les cycles de notre processus électoral qui, comme chacun le sait, est comme une roue qui tourne sans fin ;

- Rendre la CEI véritablement indépendante financièrement en inscrivant le budget de l’institution ainsi que le budget des élections, dans la loi de finance annuelle ;

- Obliger la CEI à se soumettre à toutes les règles de bonne gouvernance.

 

Fait à Abidjan, le 11 Janvier 2013

Pour  les Organisations de Société Civile

 

- CEFCI

- COFEMCI

- COSOPCI

- FOSCAO-CI

- MIIIDA

- RAIDH

- WANEP-CI

- ADJL-CI