L'actualité du RAIDH

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

RAPPORT D’ALERTE - DEFORESTATION : DEFIS ENVIRONNEMENTAUX ET HUMANITAIRES DANS LA REGION DU CAVALLY 

Le RAIDH mène depuis 2012 des enquêtes pour la défense et la protection des droits des personnes en Côte d’Ivoire. Nous consacrons nos actions en faveur des victimes pour empêcher l’injustice et permettre de restaurer leurs droits civils et politiques, économiques et socio-culturels perdus en période de guerre ou d’autres crises. Nous menons des plaidoyers à l’endroit des décideurs politiques (gouvernement et tenants du pouvoir d’Etat), en les incitant à mettre fin aux pratiques abusives de violations des droits humains et respecter le droit international relatif aux droits humains. Le RAIDH encourage les gouvernants à prendre des mesures nécessaires pour…

Lire la suite

ACTIVITES DES ONG : DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE (OSC) RELATIVE A LA REFORME DE LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE

ACTIVITES DES ONG : DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE (OSC) RELATIVE A LA REFORME DE LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE 

La Côte d’Ivoire vient d’achever un cycle électoral jalonné de multiples difficultés à toutes les étapes du processus : audiences foraines, identification, campagnes électorales, votes et proclamations de résultats.

Lire la suite

Galerie photos de nos activités

Galerie photos de nos activités 

Atelier de travail sur le genre dans le processus électoral 8 mai 2013 IFES NDI   Cérémonie de clôture SFCG 30 Avril 2013   Conférence de presse au NDI sur le monitoring du CBC 19 Avril 2013   Conférence de presse WANEP RAIDH 24 Avril 2013   Conférence sur le genre dans le processus électoral 17 Avril 2013   Formation pour le contrôle des bureaux de vote 20 Avril 2013   Jour des élections 21 Avril 2013   Réunion au PNUD 29 Avril 2013     --------------------------- Présentation du rapport d'enquête sur les violations des Droits de l'humains en Côte…

Lire la suite

PROJET EN COURS 

Appui au renforcement de l’Etat de droit et de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire à travers la formation et la sensibilisation aux principes de la démocratie, des droits de l’homme et la culture citoyenne Date : 1er Novembre 2011 au 31 Octobre 2012 Localités : Daloa | Divo | Danané Résultats obtenus : en cours Partenaire financier : Ambassade des Etats Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire

Lire la suite

FORMATIONS ET SEMINAIRES ORGANISES EN 2008 

  Atelier de renforcement de capacité des organisations membres du RAIDH sur la « GESTION AXEE SUR LES RESULTATS » Date : 06 et 07 Décembre 2007 Localité : Abidjan Résultats obtenus : 29 personnes formées dont 05 membres de la Coordinations du RAIDH et 24 représentants des organisations membres. Atelier de renforcement de capacité des membres du comité de rédaction du bulletin bimestriel « L’APPEL » sur « les techniques de rédaction journalistiques » Date : 12, 13 et 14 Déc 2007 Localité : Abidjan Résultats obtenus: 12 représentants des organisations membres dans le comité de rédaction formés Atelier de réflexion sur les «…

Lire la suite

LE RAIDH EN PARTENARIAT AVEC L'ONG SOUTIEN AUX FEMMES, CELEBRENT LA FETE DES MERES 

Le samedi 09 juin 2012 à Agban Gendarmerie ( Abidjan) , le RAIDH en partenariat avec l’ONG Soutien aux Femmes  ont

Lire la suite

COMPTE RENDU DE L’ATELIER DU 02 AU 04 MAI 2012 ONG PLAYDOO-CI

COMPTE RENDU DE L’ATELIER DU 02 AU 04 MAI 2012 ONG PLAYDOO-CI 

  Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player. Dans le cadre de ses activités l’ONG PLAYDOO CI, envisage améliorer les représentativités des femmes à la tête des collectivités décentralisées que sont les mairies et les conseils régionaux.

Lire la suite

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DE LA JEUNE FILLE DU 27 FEVRIER 2012  

Le ministère de l’Education Nationale de Cote d’Ivoire, en collaboration avec le réseau UNGEI-CI (initiative des nations unies pour l’éducation de  la petite fille en Cote d’Ivoire) a organisé  une journée de promotion de l’éducation des filles au  groupe scolaire nord de l’inspection de l’éducation primaire 1d’Abobo .au menu de cette journée, la scolarisation des enfants, particulièrement de  la petite fille.

Lire la suite

FOND D’ASSISTANCE DU RAIDH AUX VICTIMES DE TORTURE  

Depuis le mois de janvier 2012, le RAIDH a mis en place un fond d’aide afin d’assister et de soutenir les personnes victimes de violations des droits humains et de tortures en Côte d’Ivoire. Madame SANOGO Kady, une des bénéficiaires, résidente à ABOBO (Abidjan), a suivi une intervention chirurgicale le Samedi 31 Mars 2012.

Lire la suite

ACTIVITES EN 2012 

  RAPPORT  D’ACTIVITES DE SENSIBILISATION ET D’EDUCATION CIVIQUE DE LA POPULATION RELATIF AU SCRUTIN LEGISLATIF PARTIEL DU 26 FEVRIER 2012 DANS LES CIRCONSCRIPTIONS ELECTORALES N° 089, 091 ET  092, DANS LA REGION DU GUEMON, A L’OUEST DE LA CÔTE D’IVOIRE Documentation et production de rapport sur les violations des droits humains de septembre 2002 à mai 2011 Date : 1er Octobre 2011 au 31 Septembre 2012 Localités : Marcory | Treichville | Koumassi | Duekoué | Yamoussoukro Résultats obtenus : - 758 exécutions sommaires et extra-judiciaires - 952 tortures et traitements cruels, inhumains et dégradants - 2008 pillages et destructions de biens matériels - 79 viols - 320…

Lire la suite

ACTIVITES EN 2011 

  PROJET D’APPUI AU RENFORCEMENT DE L’ETAT DE DROIT ET LA DEMOCRATIE EN CÔTE D’IVOIRE A TRAVERS LA FORMATION ET LA SENSIBILISATION AUX PRINCIPES DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET LA CULTURE CITOYENNE Education et Sensibilisation des Jeunes et des Groupes d’autodéfense aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire. Date : 1er Février 2011 au 31 Janvier 2012 Localités : Bangolo | Touba | Yamoussoukro Partenaire financier : FONDATION NED (National Endowment Democratic) Résultats obtenus : - 50 ONG formées sur les « Compétences fondamentales des ONG » - 150 jeunes…

Lire la suite

ACTIVITES EN 2010 

SENSIBILISATION ET D’EDUCATION CIVIQUE DES FDS, FAFN, CCI, GROUPES D’AUTODEFENSE SUR LE PROCESSUS ELECTORAL EN COTE D’IVOIRE Education et Sensibilisation des Jeunes et des Groupes d’autodéfense aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire. Date : 1er Fév. 2010 au 31 Janvier 2011 Localités : Guiglo | Ferkessédougou | Katiola Résultats obtenus : - 39  ONG formées sur les « Compétences fondamentales des ONG » - 120 jeunes éduqués et sensibilisés sur les principes des droits de la personne et la culture citoyenne capacités Partenaire financier : FONDATION NED (National Endowment Democratic) Sensibilisation…

Lire la suite

ACTIVITES 2009 

  RAPPORT NARRATIF PROJET D’APPUI AU RENFORCEMENT DE L’ETAT DE DROIT ET DE LA DEMOCRATIE EN COTE D’IVOIRE A TRAVERS LA FORMATION ET LA SENSIBILISATION AUX PRINCIPES DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS DE L’HOMME ET LA CULTURE CITOYENNE DANS LES LOCALITES DE BANGOLO, TOUBA ET YAMOUSSOUKRO - OCTOBRE - DECEMBRE 2009 Education et Sensibilisation des Jeunes et des Groupes d’autodéfense aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire. Date : 1er Février 2009 au 31 Janvier 2010 Localités : Bouna | Duekoué | Séguéla Résultats obtenus : - 57 ONG formées…

Lire la suite

ACTIVITES 2008 

Education et Sensibilisation des Jeunesses aux principes des droits de la Personne, à la citoyenneté et le Renforcement des capacités des ONG en Côte d’Ivoire Date : 1er Fév 2008 au 31 Jan. 2009  Localité : Bondoukou | Gagnoa | KorhogoPartenaire financier : FONDATION NED (National Endowment Democratic) Résultats obtenus : - 52 ONG formées sur les « Compétences fondamentales des ONG » - 1500 jeunes dont 300 élèves éduqués et sensibilisés sur les principes des droits de la personne et la culture citoyenne capacités -->Lire/télécharger le rapports      

Lire la suite

DECLARATION CONJOINTE DE LA COSOPCI, FOSCAOCI, RAIDH, COFEMCI, WANEP, CSCI ET DE WANEP SUR LES LEGISLATIVES PARTIELLES DU 26 Février 2012 

Le 11 décembre 2011 s’est tenue l’élection des députés à l’Assemblée Nationale de la République de Côte d’Ivoire mettant ainsi un terme

Lire la suite

ACTIVITE - FORMATIONS INTERNES 

  L’une des missions du RAIDH est le renforcement des capacités des organisations membres du dit regroupe- ment. Ainsi plusieurs formations ont été organisées. Ce sont entre autres : La Formation des organisations membres sur la surveillance et la documentation des droits Humains ; La Formation des organisations membres sur les méthodes de rédactionjournalistique ; La Formation des organisations membres sur la Gestion Axée sur le Résultat (GAR) La Formations des organisations membres sur le processus électoral en Côte d ’ Ivoire.  

Lire la suite

ACTIVITE - FORMATIONS EXTERNES 

  Les Formations externes a l’endroit des organisations non membres du RAIDHPlusieurs formations ont été également organisées. Il s’agit entre autres de : La Formation des délégués de dix (10) partis politiques ivoiriens sur la gestion et le rôle d’un délégué de parti politique ou d’un candidat dans un bureau de vote La Formation de quarante cinq (45) ONG sur les compétences fondamentales des ONG dans les villes de Bondoukou, Gagnoa et Korhogo.  

Lire la suite

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION SUR LE PROCESSUS ELECTORAL 2010 

Campagne de sensibilisation et d'éducation civiques des Forces de Défenses et de Sécurité (FDS), des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN), des Groupes d'Auto Défense et des Démobilisation sur les processus électoral. Elections présidentielles des 31 octobre et 28 novembres 2010 dans les localités de : Duékoué, Man, Guiglo, Bloléquin, Toulepleu, Bangolo, Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo, Daloa, Séguéla.

Lire la suite

CEREMONIE DE LANCEMENT DE PROJET 

Education et sensibilisation des jeunes aux principes des droits de la personne, la démocratie, la culture citoyenne en période électorale et le

Lire la suite

Pre 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Next

   Vous êtes victimes de violences des droits humains, appellez au tél.: 225 22 42 21 42 / 225 08 50 28 49 / 225 45 67 54 48 pour votre témoignage.
   
   
   
   
   
   
   
   
   

Bulletin L'appel / Février-Mars 2013

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE AVEC LE PROCUREUR DU TRIBUNAL SPECIAL POUR LE RWANDA

Le 06 Septembre 2013, s’est tenu au siège du PNUD à Abidjan une rencontre entre les organisations de la société civile et le procureur du tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). C’est à 09 heures 30 que la rencontre débuta, par la présentation des participants.

 

Etaient présents les organisations suivantes :

- APDH

- CIDDH

- CLUB UA

- Convention de la Société Civile (CSCI)

- LIDHO

- MIDH

- RAIDH

Cette rencontre avait pour principalement ordre du jour une séance d’information. Prenant la parole, M. AMOUSSOUGA a explique les objectifs de cette rencontre. Cette délégation du tribunal spécial pour le Rwanda avait déjà rencontré le garde des sceaux ministre de la justice, l’ambassade de France et le premier ministre assisté du ministre des affaires étrangères. La délégation présente à Abidjan se composait de Messieurs Hassan Bubacar JALLOW, Procureur du TPIR ; Ahmed SOW, chef de cabinet greffier du TPIR et Roland AMOUSSOUGA, conseil principal et chargé des relations extérieures. Cette visite en Côte d’Ivoire s’inscrit dans le cadre d’une tournée dans la sous région, qui a débuté au Sénégal.

Le but de la visite est d’échanger sur les actions menées par le TPIR, d’informer de l’état actuel des travaux du TPIR et en faire le bilan, dans la mesure où son mandat prend fin en Décembre 2014. Au cours de ce séjour, Mr AMOUSSOUGA a souligné qu’il était important de rencontrer les organisations de la société civile.

Après avoir présenté le contexte de la rencontre et que les membres des OSC invités se soient présenté, Mr AMOUSSOUGA est entré dans le vif du sujet, en faisant une présentation du TPIR. Le TIPR a été institué par la résolution 955 du 08 Novembre 1994, suite au génocide et aux nombreuses violations des droits de l’homme qui ont lieu dans le pays au cours de la même année. Le mandat a elle assigné était de poursuivre les auteurs de graves violations commis au Rwanda durant la période allant du 01 Janvier au 31 Décembre 1994, rendre justice et contribuer au retour de la paix pour une émergence de l’Etat de droit. A l’occasion de ses travaux, le TPIR a mis en accusation 93 personnes, 83 personnes arrêtées, 75 personnes ont reçus leurs décisions dont 12 ont été acquittées et les autres condamnées à 5 (cinq) ans de prison ou plus.

Au cours des travaux qu’elle a conduit, le TPIR a produit une jurisprudence importante en créant le principe de la responsabilité du supérieur. Cette jurisprudence met en exergue, la responsabilité du supérieur hiérarchique qui n’a rien fait pour arrêter ou faire cesser l’acte répréhensible de ses subordonnés. Il sera condamné au titre que ces derniers. D’autres avancées sont à mettre au compte du TPIR telles que la redéfinition du concept de génocide appliqué au TPIR, la redéfinition du viol comme crime de guerre s’il vise à détruire une race, un groupe en raison de son appartenance. De même, le TPIR a institué la responsabilité des journalistes puisque ceux-ci ont, à travers leurs propos et écrits, entrainé la morts de personnes. A titre d’exemple la radio milles collines qui incitait à l’extermination des tutsi. Ainsi, trois (03) responsables de médias rwandais on été condamnés. Des décisions ont également été rendues sur la violation et les atrocités commises sur les cadavres. Ces actes ont été jugés répréhensibles par la cour et ont été inscrits dans les matières relatives au droit international. Egalement les juges ont donné la possibilité aux accusés d’avoir recours au plaidoyer de culpabilité qui consiste à plaider coupable pour bénéficier de conditions réduites lors de la condamnation. Le TPIR a, en outre, poursuivi individuellement des personnes. A cet effet, le TPIR a poursuivi 18 membres du gouvernement dont 15 ont été arrêté y compris le Premier Ministre.

Le TPIR a été, selon Mr AMOUSSOUGA, la réponse de la communauté internationale contre cet acte de barbarie commis au Rwanda. C’est à partir de là, que c’est fait sentir le besoin d’acquérir le statut de Rome instituant la Cour Pénale Internationale. Les acquis du TPIR ont eu pour conséquences de favoriser l’essor du droit pénal international et du droit humanitaire international. Son mandat a duré dix-neuf ans (19 ans). Tous les procès sont clos et reste en instance les affaires en appel. En prélude à la cessation de ses activités, un mécanisme de substitution aux tribunaux spéciaux ad’ hoc, a été crée par le conseil de sécurité des Nations Unies à travers la résolution 1966 du 22 Décembre 2010. Ce mécanisme se rapporte au TPIR et au tribunal spécial pour l’ex-Yougoslavie, avec lesquelles il travaille de manière concurrente. Ce mécanisme pour ses tribunaux a un mandat d’une durée de quatre (4) ans renouvelable deux fois. Il a pour mandat de monitorer, protéger les témoins, rendre facile l’accès aux informations des deux tribunaux et juger les personnes en libertés qui n’ont pas encore été arrêté. A ce jour dix (10) personnes sont en fuites dont l’argentier de la République, le chef de la garde présidentielle, l’ex-ministre de la défense. En cas d’arrestation ces personnes seront jugées par le mécanisme. Ils pourront être transférés au Rwanda parce qu’il n’y a pas de prescription pour crime de génocide. Le mécanisme a un budget distinct des tribunaux mais est composé des mêmes organes (un président, un conseil, un greffier). C’est une combinaison du fonctionnement de la CPI et du TPIR.

A la fin de son exposé, Mr AMOUSSOUGA a échangé avec les organisations de la société civile présentes, qui ont souhaité avoir des éclaircissements quant à la situation des acquittés, la méthode utilisée par le TPIR pour faire accepter les verdicts et l’impact du TPIR sur les victimes. A ces différentes préoccupations, il a apporté les précisions suivantes. Concernant les personnes acquittées, il a expliqué qu’elles n’ont pas été spécifiquement prises en compte par les initiateurs de ce tribunal car son objectif était seulement répressif. Le droit pénal international ne prévoit aucune compensation pour les personnes acquittées contre qui les accusations portées se sont avérées fausses et qui ont subi un préjudice à cause de cela. Dans la mesure où il est impossible pour ses personnes de regagner le pays d’origine, le tribunal les relocalise. Ainsi douze (12) acquittés ont été relocalisés en Suisse, en Belgique, et en Italie, sept (07) sont à la charge du TPIR à Arusha. Les acquittements ont donné lieu au Rwanda à des manifestations de protestation du pouvoir et des populations qui souhaitaient que tous soit jugés et condamnés. Pour ce qui est des verdicts, le TPIR a œuvré en vue de l’appropriation de ces verdicts par les populations. Ces verdicts sont généralement long (minimum 300 pages) il a donc procédé à un travail didactique en vue de les résumer pour les rendre accessible aux populations et surtout facile à la compréhension.

Cependant il appartient également à la société civile de procéder à l’éducation des populations, en s’appropriant les verdicts pour mieux les expliquer. Ce à quoi il a invité la société civile ivoirienne à s’y atteler. Pour ce qui est de l’impact du TPIR sur les victimes, il est à noter que les victimes se sont dites satisfaites du tribunal car il a mis en place plusieurs programme d’aide et d’assistance aux victimes. Il a mis en place un centre d’information sur le travail du TPIR qui a grandement participé au retour à la paix et à la cohésion sociale. Aussi, a-t-il signifié que le TPIR a remis aux autorités ivoiriennes toute la documentation concernant ces travaux. De même de nombreux ivoiriens travaillant au TPIR ont été formés et seront d’un appui considérable dans la conduite du processus en Côte d’Ivoire.

C’est à 11 heures 28 que s’est achevé la rencontre.

Fait à Abidjan le 10 Septembre 2013

Corinne DOUDOU

Assistante aux Programmes